Tag Archives: 8 mois de grossesse

Un mois…

24 Jan

Alors voilà, on a parcouru le chemin, on a tenu la distance (hommage à Kyo, parti tôt mais qui revient bientôt, mais quelle bonne nouvelle…).

Il reste 1 mois. Un tout petit mois dans ces 9 mois d’attente. Un mois pour qu’elle se fasse belle, qu’elle se pomponne avant d’être pouponnée !
C’est vrai que c’est long 9 mois, mais en même temps c’est si court pour créer un être humain comme ça pouf…

Mais c’est pour moi l’occasion de faire un petit bilan sur ces 8 derniers mois écoulés. J’aurais pu le faire à la toute fin mais soyons réalistes, dans un mois je n’aurai plus aucune vie ni aucune énergie et avant ça, je vais être super occupée à faire le plein de sociabilité avant de ne plus en avoir du tout, je prends donc les devants !

Juin 2013 (1er mois) : J’ai découvert que j’étais enceinte en ayant mal aux seins et en voyant mon humeur fluctuer assez rapidement. Des envies de pleurer soudaines alors que tout allait bien, les larmes qui montent aux yeux quand je riais trop fort et même mon rire devenait légèrement incontrôlable, je devenais hystérique donc.
Bref avant même un test de grossesse, j’ai senti dans mon for intérieur que quelque chose de pas trop trop habituel se tramait.
Les tests n’ont fait que confirmer mes soupçons et c’est avec délectation que nous avons pris cette nouvelle que nous attendions déjà depuis un petit moment mais finalement assez étonnés de ne pas avoir à attendre plus que ça.

Juillet 2013 (2è mois) : Nous partons en vacances chez des amis et nous attendons des nouvelles de mon gynécologue pour ma glycémie. Rien ne vient, nous sommes rassurés mais je décide quand même de faire attention à ce que je mange pour éviter de me prendre 20 kgs dans la tronche (histoire de ne pas agrandir encore plus mes joues de hamster). Nos amis sont les premiers à être au courant, forcément je suis malade, fatiguée et j’ai l’utérus qui tiraille donc difficile de cacher ça…

Août 2013 (3è mois) : Les 3 premiers mois passent à une vitesse folle, on dépasse le fameux cap où on peut le dire au monde entier ! Pour notre premier, nous l’avions crié sur tous les toits dès la prise de sang réalisée sans penser aux conséquences fâcheuses qui pouvaient arriver. Et puis nous avions eu cette menace de fausse couche qui nous avait bien refroidis. Pour cette grossesse-ci, nous avons pris sur nous et nous n’en avons quasi pas parlé jusqu’à ce que les 3 premiers mois soient révolus.
Ca a été aussi l’occasion de l’apprendre à notre râleur qui à défaut de sauter de joie et de nous couvrir de baisers comme dans les films américains nous a demandé où était la surprise, enfin la vraie, genre celle qu’il pouvait manger.
C’est également à ce moment-là que nous apprenons que je fais du diabète gestationnel et que je dois cette fois me mettre au vrai régime. Je suis joie.

Septembre 2013 (4è mois) : Rien de spécial à dire, la rentrée et puis les vraies vacances pour nous qui  commencent puisque nous n’étions pas partis…Les nausées sont passées, enfin ! Je regagne un peu d’énergie, ce n’est pas trop tôt !

Octobre 2013 (5è mois) : Je crois que c’est la meilleure période dans la grossesse, je commence à sentir bébé bouger vraiment, je suis bien, pas malade, pas trop fatiguée, j’en profite un peu plus et c’est justement le mois où je commence à avoir le plus de commandes de gâteaux. On a aussi la confirmation que notre râleur attend une petite soeur !

Novembre 2013 (6è mois) : J’ai commencé les séances de sophrologie pour ma préparation à l’accouchement, je commence à me préparer psychologiquement au fait que je ne veux pas de péridurale, nous allons bientôt visiter la maternité, les choses commencent tout doucement à devenir un peu plus concrètes autour de nous, les premiers bodies arrivent dans les armoires, les projets de réaménagement de l’appartement se concrétisent également sur le papier, mais il reste encore beaucoup à mettre en place !

Décembre 2013 (7è mois) : Nous visitons la maternité, j’enchaîne les rendez-vous en obstétrique, en diabétologie, les premiers monitoring.
Le 25 décembre, je me rends compte qu’il ne reste plus que 2 mois et que rien n’est vraiment fait au final, je suis prise d’une frénésie soudaine, on doit avancer, il faut que ça avance, on n’a pas le choix ! J’achète, je cherche d’occasion, je vais fouiller dans les greniers des grands-parents pour retrouver tout ce qu’on y a stocké, je cours entre Auderghem et Versailles pour aller dénicher LA bonne occasion, pour tester, comparer. Bref, je panique.

Janvier 2013 (8è mois) : Tout n’est pas encore fini mais l’essentiel est là. Je commence à envisager de faire ma valise pour la maternité, d’ailleurs je vais aller la faire après ça…

Ce que je retiens de cette grossesse :  Je ne suis pas spécialement bien quand je suis enceinte. La grossesse épanouie que certaines connaissent, ça n’a jamais été pour moi. Je suis stressée, angoissée…
Et puis bon, soyons réalistes, c’est pelant d’être malade les 3 premiers mois, entre 4 et 6 ça va mais vers le 7è mois, on recommence à être crevée et surtout à avoir de multiples douleurs qui se déclarent, le bébé bouge de plus en plus et de plus en plus fort, il fait mal souvent.
Mais je dois bien admettre que lorsqu’elle ne bouge pas, ça me manque et je m’inquiète. Je commence aujourd’hui à avoir de plus en plus de difficultés à me déplacer, on dirait une petite vieille ! Et me sentir diminuée et dépendante ne me plaît pas des masses…
Je ne me plains pas non plus, je trouve ça complètement incroyable à chaque fois que je la vois à l’échographie, que moi j’ai réussi à fabriquer cette chose (bon avec l’aide de mon mari bien sûr) mais qu’elle soit là et bientôt prête à sortir et à se détacher de moi pour suivre son petit bonhomme de chemin est un phénomène qui tient du miraculeux, pour moi.

Fleuraufusil.fr

 

Ce que je ne vais pas regretter :
1. Mes nuits qui sont déjà pourries depuis un moment, parce qu’insomnies, parce qu’impossible de trouver une position correcte malgré mon coussin d’allaitement, parce que des cauchemars et des rêves capillotractés qui me réveillent, parce que la vessie pleine en quelques minutes. Du coup j’ai hâte de pouvoir me remettre à nouveau bientôt sur le ventre pour faire un gros dodo d’une heure au moins.
2.Les nausées de début de grossesse, je vous ai déjà dit que j’étais légèrement émétophobe ? 3. Les douleurs, qu’elles soient utérines, contractiles, rénales, dorsales…
4. Le diabète gestationnel, évidemment, même si je suis apparemment condamnée à vie à devoir faire attention à ce que je mange.
5. Les visites incessantes à l’hôpital. Pour cette grossesse, je voulais être suivie par une sage-femme libérale près de chez moi mais mon gynécologue en a décidé autrement au vu de ma santé en carton et a préféré le faire lui-même avec les sage-femmes de l’hôpital. Ok, très bien…mais du coup les déplacements se font plus longs et plus compliqués !
6. La petite appréhension que j’ai à chaque fois que je mange quelque chose de cru ou quand je côtoie des enfants malades.
7. Mes 17 kilos partis…
8. Les larmes qui arrivent devant les séquences émotion des émissions ou des films, ce qui du coup m’empêche de regarder la suite de Homeland parce que je sais que je vais être une boule de nerfs du début à la fin. Et chut taisez-vous je ne suis pas Jennifer Lawrence !

Ce que je vais regretter :
1. La sentir grandir en moi, vivre, pousser, prendre de la place, être là, présente et être la seule égoïste à pouvoir en profiter.
2. Les séances de sophrologie qui vont se transformer en séances de rééducation périnéale.
3. Mes cheveux, mes magnifiques cheveux que je ne perds presque plus, qui sont soyeux, brillants, faciles à coiffer, qui ne nécessitent que 2 shampooings par semaine et que je vais perdre par poignées dans peu de temps…
4. Les gens aux petits soins pour moi…(oui bah oui je dois bien admettre que c’est quand même agréable).
5. Que ma peau soit tellement jolie qu’on m’appelle Mademoiselle et qu’on me prend pour une étudiante dans la rue.
6. Les bisous de mon grand sur mon ventre à sa petite soeur qu’il attend impatiemment mais je sais qu’ils seront vite remplacés par de vrais bisous directement pour elle.
7. Mon ventre, qui même s’il me gêne parfois, me manquera un peu quand même une fois qu’il ne sera plus là (ce qui est complètement paradoxal vu que je râle assez sur mes bourrelets comme ça mais ce n’est pas le même type de ventre évidemment).
8. Ma robe de grossesse qui mettait bien en valeur mes rondeurs de future maman et que je ne remettrai probablement jamais puisqu’elle mettra bien en valeur mes bourrelets.

Un mois, ça va passer tellement vite et c’est en même temps tellement long, je n’appréhende pas vraiment l’accouchement, beaucoup moins que pour mon premier ! Un mois pour accueillir notre nouvelle venue dans son nouveau foyer, pour s’organiser, pour accueillir les derniers meubles, pour se débarrasser des anciens, pour encore s’entraîner à prendre conscience de son corps et pour la laisser encore un peu au chaud qu’elle prenne des forces avant d’affronter l’hiver belge ! Rien qu’un petit mois…

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :