Arrêter de vivre pour donner la vie, ou comment la médecine te rend parano.

24 Nov

Pendant ma première grossesse, j’avais déjà remarqué que le protocole médical n’était pas le même entre la Belgique et la France.

Je n’ai jamais eu l’occasion de rencontrer un gynécologue en France pendant celle-ci mais en discutant avec mes copines déjà mamans ou futures mamans qui y vivent, j’avais l’impression que d’une frontière à l’autre, il y avait quand même quelques différences entre les deux pays.

1. Toxoplasmose et listériose, France-Belgique, même combat

Je ne suis pas immunisée contre la toxoplasmose. J’étais même tellement pas immunisée que quand on m’en a parlé pour la première fois, j’ai confondu avec la myxomatose et je m’imaginais que mon bébé allait naître avec des yeux rouges et le lanugo blanc.

Bon bah voilà, ça fait déjà deux dents en moins à sortir.

Je ne l’étais pas pour le premier, je ne le suis toujours pas pour la deuxième. Et pourtant c’est pas faute d’avoir été griffée maintes fois par mes chats jusqu’au sang, chats qui sortaient vagabonder la nuit et qui me ramenaient des trucs sympas à manger le matin sous ma fenêtre, donc potentiellement porteurs.

J’ai mangé de la salade dans à peu près tous les endroits possibles et imaginables. Je me souviens même en avoir mangé là où j’ai bossé peu de temps après et découvrais du coup qu’elle était à peine passée sous l’eau, et avais rougi de honte le jour où un client avait trouvé un ver dedans.

J’ai bouffé de la viande crue toute mon enfance, vu que ma mère était une grande fanatique du steack tartare.
Donc oui j’aurais déjà dû l’attraper depuis longtemps et pourtant…
Je suis donc obligée de me faire faire une prise de sang tous les mois pour ça.

La listériose, on ne m’en a pas parlé plus que ça ici, on m’a juste dit de faire gaffe à tout ce qui n’était pas pasteurisé donc éviter les fromages au lait cru mais je viens d’apprendre par exemple dans cet article que tous les poissons fumés nous sont interdits. Ca fait juste 6 mois que j’en mange régulièrement mais bon…Je ne sais pas si en France, on a d’office une liste longue comme tes intestins d’aliments interdits mais pour le coup, en Belgique, je n’ai jamais eu plus de précautions à prendre que cela ou en tout cas pas via mes médecins.

2. Le CMV (le CytoMégaloVirus) qui croit qu’il a le swag, genre

Ah ! Première différence notable. En France, quand j’en ai parlé à mes amies, aucune n’avait jamais entendu parler de ce truc chelou. Quand je demandais, naïve et innocente « et tu es immunisée contre le CMV ? » on me regardait avec des yeux de merlan frit ne sachant pas si j’avais inventé ce truc pour illustrer la paranoïa ambiante autour des risques de la grossesse ou si ça existait vraiment.

En gros quand on te parle du CMV, ça a l’air d’être le pire  truc du monde pour une femme enceinte, mais un peu comme la toxo en fait, ou comme la listériose, ou comme si on t’injectait un produit toxique directement dans l’utérus…

La toute première recommandation que j’ai eu via mon médecin généraliste pour ma première grossesse, c’était « ne vous approchez pas des enfants malades« , le principal vecteur, apparemment.

En gros, chez un enfant, le CMV passe très souvent pour un rhume, donc complètement inaperçu.
Pour un adulte, c’est légèrement différent puisque en gros, tu penses que tu vas mourir pendant des mois tellement ta tête est tournée vers ton postérieur en permanence.
Et évidemment pour une femme enceinte, ça apporte des trucs vachement chouettes pour le foetus, du style atteintes neurologiques, sensoriels, hépatiques, digestives, retard de croissance intra-utérin, enfin que des machins pour faire la fête quoi.


Bon en même temps, concernant les enfants malades, j’étais pas très friande du mouchage de nez que je ne connais pas, et les enfants ne faisaient, à l’époque, pas vraiment partie de nos vies. Des morveux, j’en croisais l’hiver dans le tram, mais je me protégeais avec mon écharpe en priant pour qu’ils passent et n’aient pas la merveilleuse idée de me tousser dessus au moment où l’on se croisait. Du coup, finalement ça m’a bien arrangée et j’évitais ainsi de devoir poupouiller des mioches. Je vous ai déjà dit que j’aimais pas les enfants avant ? (mettage de lunettes) Mais ça c’était avant…

MAIS du coup quand c’est ton deuxième, que tu t’es débrouillée comme une tanche niveau timing et que t’es de nouveau enceinte l’hiver, tu SAIS, tu en es CERTAINE,  tu vas devoir te taper les mouchages intempestifs, les éternuements à la gueule et les toux grasses qui envahissent la maison, armée de ton papier d’Arménie et de ton spray AromaForce.
Du coup, tu fais comment ? Parce que bon, tu peux pas faire comme pour la litière du chat et laisser ton mec se débrouiller avec toute la journée (hinhin), surtout si lui aussi est malade (oui ça vient toujours par groupe). Donc tu y vas, tu mouches, tu te laves les mains, tu te désinfectes sans arrêt, tes mains sont de nouveau sèches alors que tu venais à peine de sortir de ton eczéma et tu recommences pendant des jours jusqu’à ce que toi aussi tu commences à suinter du nez et à tousser en te disant que ça y est, tu l’as dans l’os et que ça ne peut pas être juste un gros rhube ce qui est en train de te faire crever à petit feu.

Ce que tu ne piges pas trop par-contre, c’est pourquoi finalement on en fait tout un pataquès dans ton pays, que tu dois également faire une prise de sang pour ça tous les mois alors que dans le pays à côté, ils ont tous l’air de s’en foutre comme de l’an 40.

3. Les résultats chiffrés…ou « oups j’ai regardé sur Docti par hasard ».

D’ailleurs parlons-en de ces prises de sang. Alors je ne sais pas si c’est moi qui devrais exiger quelque chose auprès de mon médecin mais toujours est-il que j’ai rarement eu les résultats chiffrés sous les yeux.
J’ai le souvenir qu’en France, tous mes résultats d’analyses arrivaient chez moi par courrier et je pouvais donc à loisir vérifier que mon taux de vitamine D était out of control et dans ma grande hypocondrie, paniquer à l’idée que j’avais peut-être une maladie des os de verre jamais découvertes et que j’allais me casser d’un seul coup dans mon entièreté.

En Belgique, je n’ai aucun chiffre, rien, jamais. En même temps j’ai eu une seule fois un résultat d’analyses d’un laboratoire indépendant dans ma boîte et mon médecin généraliste a dû amèrement regretter cet envoi puisqu’elle a dû m’expliquer pourquoi j’avais moins de ci et plus de ça et que non c’était pas inquiétant et que oui tu me saoules avec tes questions à la con.

Et finalement, tant mieux pour les gens comme moi qui dès qu’ils ont un chiffre commencent à paniquer s’il n’est pas dans la norme.

Ma deuxième a une petite tête apparemment, mon gynéco pour l’instant ne s’inquiète pas, pour lui c’est juste que c’est sa morphologie et à un peu plus de 6 mois de grossesse, ça peut encore évoluer.

Moi évidemment, je me ronge les sangs, les ongles, les meubles. Si j’avais eu les vrais chiffres sous le nez, je me serais certainement précipitée sur Docti pour voir que tous les bébés de gens que je ne connais pas avaient des têtes monstrueuses comparées à celle de ma fille et j’aurais pleuré toutes les larmes de mon corps en finissant de grignoter ma chaise et en ne comprenant rien à tous ces percentiles et ces courbes de croissance lambda pour des bébés qui ne le sont pas.

Parce qu’il faut pas se leurrer, j’y suis allée sur Doctissimo hein, j’ai regardé sur les forums et tout sauf que bah sans point de comparaison, j’ai rien à comparer et du coup rien pour paniquer plus que ça à part attendre la prochaine écho pour savoir si ça a évolué positivement ou pas.

En gros, la Belgique m’empêche de nourrir mon hypocondrie et pour ça, je l’en remercie quand même un peu parce que je crois que je suis déjà assez parano comme ça sans être enceinte mais alors quand je le suis, je deviens la Carrie Mathison de la grossesse.

Allons, allons, je sais bien que sur Docti, on vous a dit que c’était un cancer du colon mais vous avez juste la gastro…

4. Le vaccin contre la grippe

Ah ! Parlons-en tiens de ce vaccin. Pour ma première grossesse, j’ai eu la chance infinitésimale de tomber en pleine paranoïa de la grippe H1N1.
Je ne suis pas spécialement pour les vaccins, notamment les nouveaux qu’on sort à l’arrache. Oui je suis de ces hypocondriaques qui ont souvent plus peur de la médication que de la maladie en elle-même. Alors pour moi, il était évident que je ne le ferai pas. C’était sans compter sur tout le personnel médical qui m’a limite fait du chantage « on ne vous reçoit plus si vous n’êtes pas vaccinée« .
Vachement pratique, tiens. J’aurais peut-être dû changer de gynéco, mais à 7 mois de grossesse, j’étais légèrement dépassée par les évènements et j’ai décidé de faire confiance autant que je pouvais.

A l’instant où mon médecin a enfoncé l’aiguille dans mon bras, j’ai regretté cette décision prise sous la contrainte. Encore aujourd’hui, je ne suis pas sûre que ce vaccin n’aura jamais de conséquences sur mon enfant et ça, c’est une de mes épées de Damoclès à moi (et j’en ai tout un fourreau).
Du coup pour la deuxième, on ne m’a pas parlé de vaccin H1N1 mais de vaccin contre la « bête » grippe. Et tout comme celui d’il y a 4 ans, je n’ai pas envie. J’ai décidé d’être plus forte que mes médecins, ayant changé de gynéco depuis et celui-ci n’ayant pas trop insisté non plus, je vais sans doute ne pas le faire.
Pour le coup, je ne sais pas trop ce qu’il en est de la politique des vaccins pendant la grossesse en France mais j’imagine que c’est le même principe de précaution qu’en Belgique et le même merchandising aussi vu que ce sont les mêmes laboratoires qui officient dans les deux pays.

Donc voilà, être enceinte n’est pas spécialement de tout repos pour l’esprit. J’avoue avoir toujours admiré profondément les femmes qui arrivaient à vivre sereinement leur grossesse et qui prenaient un peu les précautions par-dessus la jambe en se gaussant et faisant la ronde habillées en toges romaines dans une prairie ensoleillée avec des jeunes biches et des chatons qui dansent sur Justin Bieber (oui je les imagine dans cet état d’esprit).

Moi je vais juste retourner à mes pieds de table que je n’ai pas fini de grignoter et choper la myxomatose. Merci.

Bon si vous n’avez plus de nouvelles d’ici quelques semaines, c’est que j’aurais aussi rongé mon ordinateur.

Publicités

9 Réponses to “Arrêter de vivre pour donner la vie, ou comment la médecine te rend parano.”

  1. Audrey 24 novembre 2013 à 11 h 08 min #

    Le CMV si et super suivi Perso pour clément, Antoine aussi mais moins car pas d’enfant maison. 🙂

    • Maman Loutre 24 novembre 2013 à 14 h 25 min #

      Bah t’es bien la première française à me dire qu’elle a été suivie pour le CMV ! Ca dépend peut-être des hostos…

  2. Audrey 24 novembre 2013 à 11 h 13 min #

    Pas de vaccins non plus pendant grossesse ni avant ni après d’ailleurs

  3. Alexandra Alcaraz 24 novembre 2013 à 14 h 10 min #

    JE LE SAVAIS! Je le savais que la grossesse était un état d’angoisse permanent! Je suis même pas enceinte et je ne le serai probablement pas pendant encore de longues années que je suis déjà complètement flippée! L’achat d’un dopler, l’amniocentèse et l’échographie en 6 dimensions sont déjà prévus depuis longtemps et je roule régulièrement des patins à mon chat qui a l’air de moyennement apprécier ça, histoire d’être tranquille (hors de question de se priver de charcuterie pendant 9 mois, CA VA PAS NON?!)
    Putain mais courage quoi, ça a l’air horrible. Angoisse + pas de sucre pour se calmer. J’admire ta ténacité!

    • Maman Loutre 24 novembre 2013 à 14 h 29 min #

      Bon. Je rectifie, c’est pas « horrible », c’est juste des précautions à prendre et au final, ça devient un réflexe. Après clairement y’a des trucs relous où tu te maudis un peu toi-même mais bon t’as un adage qui revient sans arrêt « ce n’est que 9 mois ds une vie, c’est rien ».
      Et au final, que ce soit l’alcool, les fromages au lait cru, les sushis, les trucs trop sucrés, bah tu te rends compte que c’est pas si indispensable que ça à ta survie mais tu loues le moment où tu peux enfin les remettre dans ta bouche, quand même…

  4. Elle de ONMPD(Q).com 27 novembre 2013 à 2 h 09 min #

    Ahhh la toxo… Quand tu te renseignes un peu plus en profondeur sur le sujet, tu découvres qu’il faudrait lécher l’anus de ton chat venant tout juste de faire des selles infectées pour l’attraper. Je ne parle bien évidemment que de la transmission par les chats mais les conseils pleuvent sur les femmes enceintes, du type « ne caressez plus votre chat » (mais il dort roulé en boule sur ma tête…) jusqu’à « il faut vous en séparer » (ou se séparer du médecin qui dit ça, ça marche bien aussi…) Il n’empêche que par principe de précaution, je ne change pas la litière (mais je le paye le reste du temps, Lui refusant de s’en approcher « je l’ai fait pendant 9 mois ! »)
    Le CMV j’ai eu le droit au dépistage lors de la première grossesse – et ai appris que j’étais immunisée – quand les médecins cherchaient ce qui pouvait causer le retard de croissance. Première fois que j’en entendais parler !
    Par contre niveau vaccin, il me semble qu’en France on n’en est pas tellement friand durant la grossesse et même l’allaitement s’il s’agit de trucs « vivants ». J’ai ainsi dans le frigo un vaccin contre je ne sais plus quoi que je n’ai pas pu faire, ayant la bonne idée de ne pas faire de pause entre allaitement et grossesse suivante. Quant à la grippe, aucune sage-femme ni gynéco ne m’en a parlé, ça ne semble pas du tout être dans les mœurs.
    Et je viens de recevoir le résultat de ma dernière prise de sang, grosse pensée pour toi ! Je me contente de chercher les taux suivis d’une * qui signifie qu’il n’est pas normal, ça va plus vite que d’essayer de comprendre le reste…

    • Maman Loutre 27 novembre 2013 à 8 h 34 min #

      Une amie a chopé la toxo le premier mois de grossesse, elle ne sait pas comment ni quand exactement, elle a été suivie et traitée pour ça toute la grossesse, mais c’est une épée qui la suivra pendant encore de longues années même si aujourd’hui, son enfant va bien.
      Le CMV donc ils ne le font sans doute qu’en cas de suspicion à quelque chose en France ? Enfin j’imagine…à moins que beaucoup de femmes ne sachent pas ce à quoi elles sont immunisées ou pas, ce qui me paraît improbable justement parce qu’on reçoit les résultats chez soi !
      Pour le vaccin contre la grippe, tant pis, je ne veux pas vivre avec ça non plus pour la deuxième, je me protègerai et éviterai de me trouver en présence d’une personne malade. Et puis je me dis que mon mari l’a chopée en février et je n’ai rien eu, donc y’a peut-être moyen que j’y échappe encore cet hiver !

      • Elle de ONMPD(Q).com 28 novembre 2013 à 0 h 33 min #

        Je crois surtout que le CMV, on ne sait généralement pas ce que c’est en France… Donc ça peut être écrit sur les résultats, ça fait partie des trucs qu’on regarde sans savoir à quoi ça correspond.
        Et la grippe, stop à la psychose, on peut très bien passer à travers l’épidémie ! Allez, je retourne laver 10 fois mes feuilles de salade et pasteuriser à nouveau mon kiri ^^

  5. PetitBourgeon 27 novembre 2013 à 22 h 13 min #

    Merci pour ce comparatif, c’est intéressant !
    Je confirme qu’en France, on ne m’a jamais parlé du CMV… c’est étonnant !
    J’avais fait le vaccin contre la grippe H1N1 sans hésitation puisqu’on n’injectait pas ce qui faisait polémique (je me souviens pas quoi…) aux femmes enceintes. Ce virus me faisait peur et après avoir pris les avis des membres du personnel médical (y compris un ami) ils étaient unanimes sur la nécessité (je dis ça pour t’expliquer ma décision hein c’est tout)
    Par contre la toxo, là on nous bassine bien avec (le cabinet de gynécos où j’allais consulter marquait carrément sur une fiche récap’ « éloignez-vous des chats » j’avais fait remarquer que c’était un peu exagéré (dires de notre véto à l’appui) mais ils ne voulaient rien changer. Je n’étais pas immunisée, et autant avoir une piqûre de vérification tous les mois je m’en fichais, par contre dès que je mangeais à l’extérieur, bonjour la panique quand tu vérifies les feuilles de salade et qu’elles sont sales… Tu te dis « on fait quoi là ?? »… Pour le reste je mangeais tous les fromages et charcuteries, ma gynéco me disait « tant que ça sort du supermarché, c’est bon » (= pas de fabrication artisanale), ainsi que du poisson cru (en faisant attention)
    Courage pour la suite, c’est vrai que c’est pénible d’être enceinte de nos jours.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :