L’accident

19 Nov

Hier tu m’as appelée pour me dire que ça y est, on a retiré tes agrafes. Que tu dois quand même faire gaffe à la cicatrice mais qu’apparemment elle est belle et a bien cicatrisé.

Tu me dis qu’en retournant à l’hôpital, tu es retournée également sur les lieux. Tu as regardé pour essayer de comprendre ce qui s’était passé. Pour essayer de comprendre comment tout cela avait pu arriver, comme ça, pouf, d’un coup. De nouveau, tu te remets en question, tu retournes dans tous les sens les raisons, les causes, les circonstances, les conséquences. Tu t’inquiètes de nouveau de savoir si ton petit-fils en parle, s’il a été traumatisé de te voir avec du sang partout, s’il fait des cauchemars.

Je te rassure encore. Non, il n’est pas traumatisé, du moins je n’en ai pas l’impression. Quand il en parle, on le laisse s’exprimer, on lui pose des questions si on sent qu’il a besoin d’en parler plus, on répond aux siennes du mieux qu’on peut mais les tentatives se font de plus en plus rares, il commence à oublier. Non, il ne fait pas de cauchemars, pas plus qu’avant en tout cas.

Tu me parles des assurances encore, tu me lis la lettre que tu as dû rédiger concernant les circonstances. Tu y dis que ta fille enceinte et ton petit-fils ont été pris en charge à l’hôpital mais qu’heureusement, tant elle, que le bébé, que ton petit-fils n’avaient rien de grave, juste quelques bleus. Tu y racontes la pluie, la nuit, ce que tu te souviens avoir fait, la fumée qui a envahi l’habitacle, notre empressement à sortir tout le monde de la voiture et la surprise que tu as eu quand tu as vu que tu étais blessée, ton séjour hospitalier à toi, tes 7cms d’ouverture sur le crâne, l’hémorragie, l’urgence…

Je sens ton malaise et la rapidité que tu mets à vouloir passer ce passage mais la nécessité que tu y mets pour de nouveau te souvenir.

Tu me parles de la nouvelle voiture qui doit arriver à la fin de la semaine, de l’ancienne qui est détruite complètement et considérée comme épave, de ton cri poussé quand tu l’as vue chez le garagiste. Tu t’affoles à l’idée de reconduire, tu sais que tu vas devoir le faire immédiatement, comme lorsqu’on tombe de vélo, il faut immédiatement remonter en selle. On t’a prêté une voiture, une automatique, tu as du mal à t’y faire mais tu as peur que ce soit pire avec la nouvelle manuelle d’occasion qui arrive. Tu ne fais que de courts trajets.

Tu te demandes s’il y aura aussi des airbags qui s’ouvriront aussi si jamais…Si jamais…comme si tu étais persuadée que ça recommencera.

Je te dis que ça fait presque 50 ans que tu conduis. 50 ans. Sans accident. Oui des accrocs tu en as eu, mais des accidents corporels, jamais.

Et tu rumines. Tu culpabilises. Des fois, tu pousses de grands soupirs en disant « mon bébé, mon bébé… ». J’ai beau te dire que tout va bien, que nous n’avons rien eu, que oui ça aurait pu être plus grave mais que ce n’est pas le cas du tout, qu’on s’en sort bien finalement malgré le choc, la culpabilité a envahi ta vie et je ne sais pas quoi faire pour l’en chasser.

Je n’ai plus peur des dommages corporels que nous aurions pu subir. J’ai peur pour toi. Peur de te voir décliner, de te voir perdre confiance en toi. Tu me dis que tout le monde t’a toujours dit que tu conduisais bien. Tu ne comprends pas. Et dans un souffle, tu admets que peut-être que tu vieillis…

Quand j’ai peur, je suis agacée, j’ai envie que la raison de cette peur s’en aille vite vite, elle me stresse, elle m’énerve. Alors je te dis d’arrêter de ruminer, je suis maladroite, je m’agace, je m’énerve parce que je me sens impuissante face à ce monstre.

Je me dis que ça passera avec le temps, que tu reprendras petit à petit confiance en toi. Je l’espère en tout cas. Parce que non, Maman, tu n’y es pour rien. Un accident arrive toujours connement. Et aujourd’hui, tout va bien. Tu n’es pas seule. On t’a retiré tes agrafes. Tu vas peut-être enfin pouvoir avancer…

Publicités

2 Réponses to “L’accident”

  1. Mademoiselle Mummy 19 novembre 2013 à 14 h 55 min #

    C’est certain, ça arrive toujours sur une connerie…c’est touchant ce message pour ta maman! J’ai eu un accident de voiture il y a 2 ans, uniquement de ma faute, personne d’autre impliqué mais ma voiture s’est retrouvée retournée sur le toit en plein autoroute. Le garagiste ne comprenait pas comment j’étais encore en vie. Il faut de suite reconduire c’est sur, on n’oublie pas, on fait encore plus attention mais surtout on sait la chance qu’on a d’être passé juste à côté. Ca me fout une trouille bleue depuis de perdre quelqu’un comme ça, si vite..mais on ne peut rien y faire alors, il faut profiter de la vie, des gens qu’on aime ❤

    • Maman Loutre 19 novembre 2013 à 15 h 12 min #

      Je crois que le traumatisme psychologique est finalement pire que les blessures dans ce genre d’accidents, d’autant plus quand ça implique d’autres personnes, notamment celles que tu aimes. Mais comme tu dis, il faut arriver à positiver et voir qu’on a eu de la chance. Ce n’est pas évident mais j’espère qu’elle va y arriver.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :