Archive | août, 2013

Je suis une DG Mum !

27 Août

Avec l’annonce de la grossesse, on a eu beaucoup de joie dans nos coeurs, des petits papillons partout dans le ventre et des milliers d’étoiles dans la tête, c’était comme une grosse fiesta sur les Champs-Elysées à Noël mais sans le froid, tu vois ?

Hihihi on est toutes enceintes et on boit du champagne qui ressemble à du pipi, trop la fêêêêêêête !!!!

Pour ma première grossesse, nous avons eu très vite l’autre revers de la médaille soit la mauvaise nouvelle. Celle-ci prenait la forme de la menace d’une fausse couche avec des taux d’hormones de grossesse qui feraient rire les spécialistes. Et puis finalement, on s’est rendus compte que mes taux d’hormones c’était nawak et qu’il valait mieux se fier à une bonne vieille échographie.

Eh bien pour la deuxième grossesse, je n’y loupe pas, j’ai aussi eu ma désillusion assez rapidement : le Diabète Gestationnel soit DG pour les intimes de Docti ou DiGé parce que je suis trop hype et que soyons honnêtes, une telle nouvelle pèse lourdement sur la DiGéstion.

Comment je l’ai su ? Par ma toute première prise de sang de femme enceinte pour confirmer ma grossesse. Mon gynécologue avait à l’époque voulu vérifier la glycémie à jeun et c’est donc tout naturellement qu’au vu des résultats, il s’est demandé comment j’avais fait jusqu’à présent pour ne pas me transformer en Sucre Daddy. J’ai eu beau lui dire que c’est parce que moi j’étais la Mummy, rien à faire, il m’a dit « on va encore vous faire avaler plus de sucre et vous prélever du sang trois fois parce qu’on aime ça vous torturer« . Ca sonnait à peu près comme ça dans ma tête en tout cas.

Et je vous passe le plaisir de cet acte absolument incommensurable pour moi puisqu’en général, il est impossible de me prélever du sang sur les bras, alors on le fait…tindiiiin…sur la main !

Voilà, donc ça c'était les restes des tentatives des infirmières un jour pour me faire des prises de sang et me poser des perfs lors d'une hospitalisation, n'est-ce pas ?

Voilà, donc ça c’était les restes des tentatives des infirmières pour me faire des prises de sang et me poser des perfs lors d’une hospitalisation. Joie. Exaltation.

Et là mon cher médecin a eu la phrase que je déteste le plus dans tout l’univers médical. Il m’a dit « Si je vous appelle, c’est qu’il y a une problème, si je ne vous appelle pas, c’est qu’il n’y en a pas« .

Bon je fais un interlude nécessaire, ceux qui ne sont pas médecins vous pouvez passer, si vous voulez : Franchement messieurs-dames les docteurs, s’il-vous-plaît, on sait que vous êtes débordés mais faut arrêter maintenant avec ça hein. C’est complètement con de dire ça parce que de toute façon, implicitement on SAIT que vous n’allez pas appeler ! On le sait très bien que vous ne regardez pas en détail tous les résultats d’analyses sans qu’on vous le demande, enfin quoi vous êtes humains, vous avez la flemme et vous préférez traîner sur Facebook en arrivant au boulot plutôt que de regarder des chiffres de gens que vous connaissez même pas, moi aussi, c’est normal. Parce que faire espérer les gens bêtement comme ça, les faire attendre, ces gens, pendant des semaines derrière leur téléphone pour savoir si oui ou non vous allez appeler comme si vous aviez couché avec et que vous étiez partis sans dire au revoir, c’est de la torture psychologique. Alors quoi ? Vous aimez ça torturer les gens ? Vous voulez que tout le monde vous déteste ? Non hein ? Alors maintenant on dit « appelez-moi pour connaître les résultats » et basta ! On n’en parle plus…ceux qui sont aux aguets peuvent vous appeler et être rassurés (ou pas) et ceux qui n’en ont rien à foutre bah ils en ont rien à foutre et voilà.

Meeeeeeerde je l’ai appelée alors que tout allait bien, mais pourquoi j’ai fait ça bordel ?

Bon sur ce, je reprends. Donc j’ai attendu, attendu, attendu, mon téléphone a fini par fusionner avec la peau de ma main encore meurtrie par les aiguilles. Mon gynéco entre temps est parti se dorer la pilule au soleil, tranquille Émile. Rien n’est venu donc au bout d’un mois, j’en ai déduit que héhé tout allait bien, j’allais bien, la vie était formidable et j’allais pouvoir me gaver de Kango youhou !!!

Et puis en revenant voir ma craouette pour ses 3 mois de vie dans mon utérus, la gynéco de remplacement me dit « je vois sur vos analyses que votre glycémie à jeun est élevée« . Oui, oui, ça on me l’avait déjà dit la première fois mais c’était la première prise de sang, depuis j’ai fait le test de supplice sucré et…

Ah, c’est celui-là dont vous parlez ?

Oui, madame, le max toléré est de 0,93 et vous êtes à 0,94. Le reste est bon mais vous allez quand même être suivie pour du diabète gestationnel.

Ok. Accroche-toi à ta chaise, Loutre, tout va bien, tu vas bien, la vie est formidable, tu vas pouvoir te gaver de…concombre.

Oooooh et puis avec ça ils nous prennent pour des connes en plus.

Depuis, la super chouette nouvelle a bien été confirmée par téléphone par mon gynécologue qui, je l’espère, a chopé un cancer de la peau pendant ses vacances mais un gentil, je suis pas non plus une connasse (contrairement à beaucoup de médecins hum). Et demain, je dois aller voir un endocrinologue et une infirmière spécialisée en diabétologie pour qu’elle m’explique comment je vais devoir contrôler ma glycémie 6 fois par jour avec la petite phrase sympa du gynéco « et puis on verra si le régime fonctionne, sinon vous aurez des injections d’insuline ! « . Genre normal, youpilala, enfin tout le monde fait ça quoi, moi-même de temps en temps, je m’injecte une petite dose d’insuline dans le bout de gras parce que j’aime ça, je fais des insulino-party, tout ça.

Des fois, je fantasme d’être atteinte du syndrome de Gilles de la Tourette pour pouvoir insulter les gens impunément. Cette fois-là, c’était le cas.

Alors, voilà. Durant les 6 prochains mois, je risque d’être assez ronchonchon, si tu veux. Donc t’étonnes pas si je te réponds mal, c’est que j’ai faim, ou si je te gifle avec un poisson frais si tu me proposes un morceau de gâteau, je prendrai ça pour de la provocation.

Par contre, unis-toi avec moi, amène toutes tes pensées positives pour que le fromage de chèvre ne me soit pas retiré, pitié, pitié, pitié, faîtes que je puisse encore manger mon crottin sinon je me laisse mourir devant la porte du bureau de mon gynéco.

Sarace.

J’ai été tagguée (et ça fait même pas mal d’abord)

26 Août

Me voici tagguée pour un chouette Tag, par Poupette !

Celui-ci a été initié par Mes 3 prochaines années et le principe est le même de beaucoup de tags, on répond aux questions et on choisit 5 blogueurs pour faire suivre les questions et les réponses !

Merci Poupette pour le tag, moi qui allais faire un billet larmoyant sur le diabète gestationnel, je me retrouve à penser à des choses plutôt positives 😀

  1. Raconte moi ton futur projet ? celui qui te tient à coeur et que tu souhaites réaliser dans un avenir assez proche ( moins d’un an ) …
    Mon futur projet le plus palpitant actuellement, outre de mettre un gigot au monde est que je me suis lancée dans une formation par correspondance en boulangerie-pâtisserie ! Alors oui, correspondance et boulangerie, ça a l’air de ne pas faire bon ménage mais je ne me voyais pas vraiment avec mon gros bidon arpenter les tables en inox des centres de formation et rester debout toute la journée ! Donc je fais ça à mon aise, chez moi, en espérant que ça m’apprendra mille et un secrets de pâtisserie pour pouvoir par la suite en faire mon métier, bien sûr !
  2. Il ne reste que 5 villes au monde où tu peux vivre … New York, Londres, Paris, Barcelone et Biarritz … laquelle choisis tu et pourquoi ?
    Hmm…le choix est très difficile. Je crois que je choisis New York parce que c’est finalement la seule ville où je n’ai encore jamais mis les pieds alors quitte à finir sa vie quelque part, autant aller dans la ville de beaucoup de mes fantasmes véhiculés par ma télé…et de vérifier s’ils sont vrais !
  3. Qu’est ce qui t’a décidé à ouvrir ton blog ou plutôt quel a été le déclic ?
    J’en ai déjà ouvert plusieurs en fait ! Je tiens des blogs depuis des années, au départ j’en avais ouvert un sur la plateforme 20six à l’époque où c’était encore hype, c’est dire si ça date ! Quand je suis partie pour cause de gros problèmes techniques, j’ai essayé de multiples plateformes, de multiples supports, des thèmes différents sans vraiment jamais retrouver la plume et les interactions que j’aimais. Et puis alors que je m’ennuyais et que je venais de dire au revoir très dépressivement à l’un de mes rêves de création d’entreprise, mon amoureux m’a dit « pourquoi tu ne recommencerais pas ton blog pour parler de ta vie de maman expat à Bruxelles ?« . Eh oui effectivement, pourquoi pas ?
  4. Ta meilleure astuce pour faire des économies ? un bon plan à partager ?
    Je n’en ai aucune ! Je suis une vraie brêle pour ça, c’est-à-dire que je suis LA personne qui achète dans les nouvelles collections quand c’est les soldes parce qu’il n’y a plus rien dans les soldes qui lui plaît. Quand j’arrive exceptionnellement à faire des économies, je suis la plus heureuse du monde et ça me galvanise pour quelques jours mais je n’arrive jamais à réitérer l’expérience à chaque fois ! Vraiment pas la bonne blogueuse pour les bons plans donc…
  5. Ce soir , tu dînes quoi ?
    Alors attention parce qu’en Belgique, le dîner c’est le midi ! Pour le soir, c’est le souper…Mais allez j’vais faire ma frenchie et donc comme je suis seule, je me suis fait un sandwich jambon fromage avec des tomates et un yaourt. Flemme de cuisiner !
  6. Le produit de beauté miraculeux, qui t’a surprise , que tu ne quitteras pas de sitôt …
    Ben je crois que ça reste mon gel douche Surgras Cadum pour peaux sèches. J’ai réussi à le faire adopter par toute la famille.
    A Bruxelles, l’eau est très calcaire et moi j’ai la peau hyper-sensible (c’est-à-dire que si tu as de la barbe et que tu me fais la bise, je suis limite obligée de mettre de la biafine après) et vraiment, ce gel douche m’a sauvée d’une dyshidrose sur la main combinée à l’huile lavante pour les mains d’Eucerin dont je ne me passe plus (et qui est disséminée un peu partout dans les coins d’Europe où je me rends) et surtout la crème de réparation pour les mains très très abîmées Excipial Repair. Oui bon en fait j’ai trois produits que je ne quitterai jamais.
  7. Je ne supporte pas …
    D’avoir les mains mouillées ou humides. Bon je me rends compte qu’il y a des trucs plus graves que je ne supporte pas comme beaucoup de monde mais vraiment, j’ai beaucoup de mal à rester avec mes mains ballantes qui gouttent bêtement. Alors s’il n’y a rien pour m’essuyer les mains en sortant des toilettes, vous pouvez être sûr(e)s que mon pantalon sera mouillé en sortant. Incapable d’attendre que ça sèche !
  8. Gros plan sur un oeil, clic clic petite photo de présentation … 

    Vous pourrez admirer mon sourcil non épilé.

    Vous pourrez admirer mon sourcil non épilé.

  9. Dans quelle série tu voudrais te réveiller ? 
    Dans Friends assurément. Je sais que je ne suis pas très originale, mais qu’est-ce qu’ils ont pu me faire rêver ces gens-là !
  10. Avec quelle bloggueuse tu voudrais aller boire un verre en terrasse ?
    Avec Aude de J’amène le dessert, on parlerait pâtisserie, les différences entre la France et le Canada, le statut d’expat et je crois qu’elle me convaincrait aisément d’aller m’installer là-bas…

Et maintenant je choisis 5 blogueurs pour continuer la chaîne parce qu’en 1459, un moine tibétain n’a pas fait suivre sur son blog et résultat, il a été empalé par Vlad Tepes. Je vous aurais prévenus !

1. ONMPDQ – Parce qu’ils ont des initiales à coucher dehors et que je les aime d’amour de licorne.
2. Ma vraie vie de MAF – Parce qu’elle me fait rire souvent
3. Mère, mais pas que… – Parce que je suis sûre qu’elle a plein de choses à dire
4. Trois fois maman – Parce que j’adore ses articles
5. Mme E – Parce que je la suis dans son combat même si je ne commente pas !

Et rebelote !

25 Août

Je n’arrive pas vraiment à trouver les mots parce que c’est tellement fort, tellement prenant, que ça fait 3 mois maintenant, que mon silence ici se justifie par le fait que je n’arrive à penser à rien d’autre depuis et que je ne pouvais pas encore en parler.
Les 3 mois fatidiques sont passés alors voilà.

Alien 2

Alien 2

Mon râleur d’amour va être grand frère…

{J’ai testé pour vous} La piscine Espadon à Etterbeek

18 Août

Après une semaine de noyade de chagrin dans l’alcool, les fêtes, les moments à deux, j’ai retrouvé mon toupetit.
Pour 5 jours dans la campagne bourguignonne où oui il existe encore des bleds sans aucune connexion wifi nulle part.

Mon râleur est un poisson et pendant sa semaine avec sa grand-mère il a eu à plusieurs reprises l’occasion de retrouver son état de poisson que ce soit dans la piscine municipale que dans la minuscule installée dans la cour au soleil. Ce qui fait qu’à l’heure actuelle, mon râleur veut apprendre à nager et qu’une virée à la piscine est le genre de surprise qui fait autant d’effet que si tu l’emmènes à Disney. Et encore, je me demande si à Disney, il serait pas assez vite saoulé.  J’avoue que jusqu’ici, la piscine n’était pas notre destination favorite parce que je suis une flippée du chlore et que la majorité des piscines à Bruxelles en utilisent.

Du coup, étant rentrés et ayant retrouvé son papa qu’il n’avait pas vu depuis deux semaines, j’ai eu une envie subite d’aller montrer mes poils aux pattes à des inconnus et aller faire trempette dans une mare humaine pour, je vous le donne en mille, faire plaisir à la chair de ma chair.

Me voici donc à écumer hier soir les sites internet à la recherche d’une piscine ouverte le dimanche et qui soit sympa pour les mômes (et qui possible n’utilise pas de chlore). Et là bingo, je tombe sur la piscine de l’Espadon à Etterbeek !

Les photos sont attrayantes…

La Kids Jungle – Photo tirée de la page FB d’Etterbeek Sport

Les couloirs nageurs et AquaBike et le petit bain – Photo tirée de la page FB d’Etterbeek-Sport

L’arrivée du grand Toboggan – Photo tirée de la page FB d’Etterbeek-Sport

 

Et sur les infos techniques je lis : Traitement de l’eau: filtres sable * charbon actif+ * lampes U.V

Et là, pour moi la flippée du chlore, je dis

MERCI

Donc ni une ni deux, j’impose je propose d’aller à la piscine le lendemain matin. Evidemment, c’est dimanche, donc là les photos sont très bien mais il manque un truc de taille : les baigneurs.

Et comme c’est dimanche, c’est blindé en mômes alors toi qui as l’ouïe un peu délicate, il ne vaut mieux pas te trouver là et préfère rester au lit ou sinon opte pour le bonnet de bain en titane, ça peut aider.

Parce que ça crie, ça hurle, ça plonge, ça bouscule, ça coule, ça se noie, ça se fait noyer, bref des mômes quoi.

Arrivés dans le petit bain, je me suis dit « bon oui y’a du monde, mais ça va encore, y’a moyen de patauger un peu« . Et puis au bout de 5 minutes, mon râleur en bonnet rouge flamboyant me demandait déjà d’aller dans le grand bain et au vu de mon refus s’apprêtait à faire seul le grand plongeon, son papa réussit à l’intercepter de justesse avant une noyade évidente et après avoir attendu que mon coeur revienne à la normale, je vois la Kids Jungle ! Hop diversion, viens on va patauger, il y a un petit toboggan !

Et là.

Hey salut Robert ! Salut Roger ! T’as pas vu Marcel ? Ben il était avec Yvette la dernière fois que je l’ai vu vivant mais c’était il y a 6h…

Bon ok j’exagère un peu. Finalement on s’aperçoit assez vite que ça tourne bien là-dedans, ce sont les parents qui prennent le plus de place donc quand on se fait tout petit et qu’on laisse son môme jouer (sans brassards cette fois) il y a grave moyen de le laisser s’éclater sur le toboggan, limite si tu ferais pas un sudoku en attendant.

Mais le must du must a été pour mon râleur qui a découvert les joies de la glisse, de la vraie avec le grand toboggan duquel tu peux descendre même quand t’es petit comme lui, tant que tu es avec un adulte. Et ça, c’est apparemment le pied parce qu’il a voulu recommencer 7 fois.
Je les ai comptées parce que je les attendais. Et non, moi tu me fais pas monter sur un truc qui dépasse la hauteur d’une chaise. Flippée, je vous dis (non mon chéri, ce sera encore pas pour cette année la grand-roue à la foire du Midi pour moi !).

Bref ! Tout ça pour dire que l’Espadon, c’est un grand OUI ! Je recommande vivement !

Il y a aussi des plans à langer dans les vestiaires, des toilettes près de la Kids Jungle (comme ça pas besoin de courir en manquant de te fracturer la hanche parce que ta gamine menace de te faire caca dans la main). Bref tout pour que les gosses soient le mieux possible !

Une sécurité tip-top vu que j’ai réussi à me faire éjecter du bassin d’arrivée du toboggan parce qu’on ne reste pas ici hein madame ! MAIS avec le sourire !

Et en plus j’ai vu qu’ils faisaient plein de cours dans une piscine (Aquabike, Aquagym, aquarius, aquatique, tout ça) mais pas que ! Ils organisent aussi des cours de badminton, de tennis, entre autres choses, bref je vous recommande vivement d’aller visiter leur site Internet et leur page FaceBook pour voir l’amoncellement d’activités qu’ils organisent.

Evidemment, tout cela a un coût mais même pas trop cher non plus. C’est ça qui est bien ! Donc oui, on y retournera. Pas la semaine prochaine parce que figurez-vous qu’on ré-abandonne notre toupetit pour une semaine chez son autre grand-mère. Bah oui, que voulez-vous, on y prend goût hein…

Petit plus pour les parents (ou pas) en mal de chaleur, il y a des thermes avec hammam et sauna !

Le site internet de l’Espadon

La page Facebook de l’Espadon

  • rue des champs 69
  • 1040 Etterbeek
  • +32 2 640 38 38
  • info@etterbeeksport.be

Et même que tu pues pas l’eau de javel en sortant.

Comment j’ai abandonné mon enfant.

3 Août

Tiens, monte dans la barque, Gamin, on va faire un p’tit voyage…

Voilà il fallait bien que ça arrive un jour…ces derniers temps il a été gentil et câlin, comme s’il avait senti le vent tourner.

On lui a fait faire des stages, on l’a occupé, on l’a emmené voir ses copains et la famille, on lui a donné plein d’amour, essayant de ne pas penser et de reporter le moment fatidique où il s’en irait.

3 ans presque et demi et il s’en va. Avec sa trop grosse valise pour lui, il part de la maison, si loin.

Tout à l’heure, nous prendrons le tram. Puis nous descendrons à la gare et nous monterons dans un Thalys où je le mènerai dans de nouveaux bras pour les 8 prochains jours. Je passerai une dernière nuit avec lui pour qu’il n’ait pas trop peur et puis à mon tour, je m’en irai. Je reviendrai seule vers Bruxelles, sans lui.

Comment avez-vous fait, vous les parents, pour laisser partir vos mômes sans ce gros pincement au coeur ? On l’a en continu quelles que soient les circonstances ? Quelles que soient les personnes avec qui on les laisse ? Ou bien ça part au bout d’un moment ?

Comment vous avez fait pour ne pas avoir cette boule au ventre perpétuelle en vous disant que s’il lui arrive quoi que ce soit, vous n’êtes pas là, tout près pour le ou la rassurer ?

J’ai des amis qui ont déjà laissé leurs enfants depuis belle lurette aux grands-parents. Nous, nous attendions qu’il soit un peu plus autonome et moins demandeur, surtout pour ne pas fatiguer les grands-mères. Et puis en fait je me rends compte que tout cela n’était qu’excuses et prétextes pour ne pas le laisser partir trop vite, trop tôt.

Je me savais Maman angoissée et inquiète, je me découvre Maman poule et protectrice.

Je vais abandonner mon bébé, mon tout petit. Pour 8 jours. Chez sa grand-mère française.

Comprenez donc que cette semaine, cette énorme semaine ne sera pas une semaine de liberté, non. Ce sera une semaine de mal-être et de nuages de culpabilité. Et non, nous n’irons pas au cinéma ou boire des coups en terrasse, nous ne nous payerons pas une nuit à l’hôtel comme de jeunes mariés, nous n’organiserons aucune fête chez nous, nous nous terrerons dans notre appartement jusqu’à ce que nous mourrions noyés dans nos larmes. Pour sûr.

Oui mais finalement qui est le chat, qui sont les souris dans l’histoire, hein ?

 

%d blogueurs aiment cette page :