Arsènette Lupin de pacotille (ou comment j’ai raté ma carrière de voleuse professionnelle)

25 Juin

Je ne sais pas trop si je crois aux concepts de Karma mais ça me plaît quand même, dans l’idée.

Toute mauvaise action sera punie un jour ou l’autre, toute bonne action sera récompensée un jour ou l’autre. C’est à peu près ça.

Que ce soit dans cette vie ou dans une autre (oui j’aime bien aussi le concept de réincarnation…en fait je suis bouddhiste des fois), j’essaie de faire en sorte de faire le moins de mauvaises actions possibles. Je suis très loin d’être irréprochable et j’ai moi aussi mon côté langue de %µ§& et l’envie de frapper tout ce qui passe quand je suis énervée mais je ne le fais pas parce que ça fait mal et que je ne suis même pas sûre d’être plus soulagée une fois que ce sera fait.

Je n’ai jamais tué personne (jusqu’ici, que le destin m’en préserve !).

Je ne fouille pas chez les gens.

Je trie mes déchets, même quand je fumais je gardais mes mégots si pas de poubelle à proximité (bon je puais 4 fois plus le tabac froid mais de toute façon, j’avais l’odorat d’un shitzu asthmatique alors je m’en fichais).

J’essaie d’aider au maximum les gens avec mes possibilités et mes limites, parce que ça me fait plaisir aussi et que je me sens utile.

Hihi en fait je suis une vraie scoutesse bien moralisatrice hihi !

 

Mais. Car il y a un mais.

J’ai volé deux fois dans ma vie.

Voilà je fais mon coming-out de sale voleuse ici devant la terre entière, j’ai volé des choses. C’est mal et je suis une mauvaise personne.

Mais pour ma défense, je suis une piètre voleuse. Vraiment pitoyable. Genre je n’aurais jamais pu être la treizième d’Ocean’s Thirteen quoi. Je pense que Clooney m’aurait probablement chassée de sa propriété et Matt Damon se serait arrêté en passant en voiture pour me donner des coups de pieds.

La première fois que j’ai volé, j’étais très jeune, je devais avoir 5 ou 6 ans, j’envisageais ça très simplement, je prends, je paye pas, je cache et je sors. Je savais donc que c’était mal. Je n’avais pas vraiment préparé mon coup à l’avance mais c’est en me retrouvant devant ce rouge à lèvres magnifiquement violet que je voulais offrir à ma mère que j’ai succombé à la tentation. Me voilà donc dans la pharmacie, bavant et zieutant sur le côté pour que ma mère, dans la file, ne me voit pas prendre l’objet du délit. Une surprise doit rester une surprise, n’est-ce pas ? Je prends mon courage à deux mains gauches et hop, dans son sac, ni vu ni connu, j’t’embrouille. Une fois arrivée chez moi, je reprends le rouge à lèvres du sac de ma chère maman, me planque dans sa chambre et me dis qu’avant de lui offrir, je pourrais bien l’essayer moi-même hein, tant qu’à faire !

Je devais ressembler à peu près à ça.

Je me barbouille avec délectation le visage de cette sublime couleur nacrée et me trouve absolument ra-vis-sante. Très fière de mon larcin, je me précipite dans le salon pour lui montrer combien je suis parfaite avec ce maquillage et combien celle-ci étant directement liée à mon sang devrait également profiter de ma perfection. Allez vas-y je te le donne !

-Où t’as trouvé ça ?

-À la pharmacie !

-Tu l’as pris à la pharmacie là maintenant ?

-Bah oui, c’était un cadeau pour toi !

-Mais enfin, tu as volé ! Ce n’est pas bien de voler, tu peux aller en prison pour ça ! Quand tu prends quelque chose il faut le payer. Allez, viens on va le rendre !

Euh ok je crois que j’ai fait une connerie.

Ni une ni deux, d’un seul geste agacé, ma mère prend son manteau, son sac, le rouge à lèvres et sa fille sous le bras et repart à la pharmacie pronto pour me faire subir l’humiliation suprême de devoir présenter des excuses pour un vol que je n’avais pas envisagé comme tel, mais plutôt comme une prise de risque totalement altruiste.
Humiliation qui pourtant, ne m’a pas empêchée de recommencer quelques années plus tard. Mais celle-ci, par contre, m’a définitivement soignée de toute ambition de carrière dans le crime.

Nous étions en vacances à Majorque et dans un magasin tout cuir, où tu te transformes en vache à la fin tellement tu sens. Chacun regardait ce qui l’intéressait, moi je m’ennuyais profondément. J’errais dans les rayons en touchant à tout et en ouvrant tous les sacs, les portefeuilles, etc.

Chut. Tais-toi. Ne dis rien. Tu vas passer inaperçu !

Et puis, tout à coup, je tombe sur un petit paquet recouvert de papier blanc dans un minuscule porte-monnaie. Je ne peux pas l’ouvrir là, on va me griller. Qu’est-ce donc ? Un trésor ? De la drogue cachée là pour qu’un ramasseur vienne la prendre ? Un bijou d’une valeur inestimable ? Un mot de l’enfant chinois qui a fabriqué le porte-monnaie et qui serait à l’origine d’un scandale commercial mondial ? Pendant plusieurs longues minutes, je me tâte, j’hésite, je cherche à savoir comment je peux faire pour sortir ce truc du magasin sans qu’on me prenne mon précieux butin.

Ma mère m’appelle, elle a fini ses achats, elle s’apprête à sortir.

Je la vois sortir du magasin, je mets le paquet dans ma poche et m’approche de la sortie gardée par des portes antivol tout doucement. Je dis au revoir poliment et passe.

Tout à coup, la porte résonne d’un bruit strident, je prends peur et cours vers ma mère les bras levés par la panique et les larmes aux yeux. Celle-ci se retourne en entendant le bruit de l’alarme. Les vendeurs crient derrière moi, je ne comprends rien, paniquée je prends le paquet dans ma poche et le jette par terre en continuant ma route.

Ma mère, énervée par ma pré-adolescence entre autres choses, repart dans l’autre sens, ramasse le paquet et va le rendre au magasin. S’ensuivent des rires de la part des vendeurs et de ma mère.

 

Oui.Des rires.

 

Parce que j’avais volé l’antivol.

Alors non, ne me faîtes pas de grands yeux étonnés, Madame du supermarché, si je reviens après être sortie du magasin, pour vous payer le fromage de chèvre que j’avais oublié dans le caddie en m’excusant platement de mon méfait. Encore pardon.

Ah lui il rapporte la chèvre directement.

Publicités

2 Réponses to “Arsènette Lupin de pacotille (ou comment j’ai raté ma carrière de voleuse professionnelle)”

  1. mavraiviedemaf 28 juin 2013 à 17 h 35 min #

    imbattable! non, vraiment, même en réfléchissant bien, je ne connais pas meilleure histoire de carrière de voleur brisée, chapeau bas !!!

    • Maman Loutre 2 juillet 2013 à 8 h 58 min #

      Purée je ne sais par quelle magie noire ton commentaire s’était retrouvé à la poubelle (mon téléphone sans doute qui s’échine à me faire perdre toute vie sociale). Toujours est-il que oui c’est la honte, je sais. Si tous les voleurs avaient été aussi bêtes et orgueilleux que moi, il y aurait certainement plus de places dans les prisons à l’heure actuelle 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :