La puissance du Margoulin

29 Déc

cropped-578742_4059397519860_1011074641_n

Il est de ces films qu’on se refuse à voir, de ces situations dont on ne peut parler, de ces histoires que l’on n’aime pas lire ou entendre.
Parce qu’elles semblent trop dures à évoquer, qu’elles sont difficiles à regarder de face, surtout quand on n’en connaît pas la fin ou qu’au contraire on ne la connaît que trop bien.

Je suis un peu autruche parfois, je me suis toujours interdit de lire des récits d’enfants malades parce que cela réveillerait de trop grandes angoisses en moi et que je ne saurai probablement pas faire face à mon inquiétude. C’est par exemple le cas du livre d’Anne-Dauphine Julliand, Deux petits pas sur le sable mouillé, que je suis dans une incapacité totale de lire.

Je m’interdis également de voir le film La guerre est déclarée. Même si la fin est heureuse, le parcours du combat contre la maladie, les nouvelles règles du monde médical, la frustration d’être spectactrice de cette souffrance et ce sentiment d’impuissance sont des obstacles que je n’arrive pas à surmonter.

Depuis que je suis maman, il y a des expériences dont je me passe pour me protéger de la douleur, pour me barricader parce que la souffrance de ces mamans, ça pourrait être la mienne…

Et puis un jour, sans qu’on ne le veuille, sans qu’on s’y attende, ÇA fait son entrée par la petite porte. ÇA ne nous touche pas directement  quand c’est une amie que CA touche mais on se sent autant broyée que si c’était notre enfant, là, sur un lit d’hôpital qui du haut de ses 2,5 ans ne sait pas quel fardeau vient de tomber sur ses petites épaules.

Et pourtant, tout fardeau pesant, ce petit Margoulin sourit et nous apprend la vie.

Humblement, humainement, avec toute la volonté et la confiance qu’un enfant peut ressentir. Parce que même si tout ÇA est difficile, il prend la vie comme elle vient et fait preuve d’un courage exemplaire.

Et pour une fois, je ne peux pas faire l’autruche devant tant de sourires et de joies malgré les nausées, les examens médicaux, la chimio, les corticoïdes qui donnent faim et la peur. Parce que pour une fois, je ne vois plus que le côté froid, le côté médical de toutes ces procédures, la colère et l’injustice, je vois surtout la force et la volonté de parents, d’une petite soeur et de grands-parents, de toute une famille et d’amis derrière un petit garçon qui le mérite grandement, je vois la puissance de l’espoir et de la foi en une heureuse finalité. Parce qu’il ne peut en être autrement.

Son papa et sa maman en parlent beaucoup trop bien sur leur blog pour que j’en fasse le résumé et je vous laisse donc le soin d’aller encourager le parcours de Super Margoulin parce qu’il a besoin de tout l’amour du monde pour mettre sa cape de super-héros et pouvoir recharger ses batteries.

Petit Aurian, je te souhaite que tout bientôt, tu n’ais plus du tout « un ti-peu peur »…

Publicités

Une Réponse to “La puissance du Margoulin”

  1. PJGir 29 décembre 2012 à 22 h 41 min #

    A reblogué ceci sur Pour Aurian, contre l'Inacceptable and commented:
    Merci à Maman Loutre pour son clin d’oeil très touchant dans son blog. Un blog qui d’ailleurs mérite un long détour !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :