Ca par-contre je m’y suis grave habituée (Belgique et BXL en particulier)

15 Nov

Aaaaah la suite tant attendue de ce palpitant top 5 des trucs dont tout le monde se fout est enfin là !

Bon j’ai une bonne excuse, voilà que jme mets à vouloir parler flamand (Delijn, j’arrive !!!) et de manière tout à fait intensive en 20h/semaine parce que je suis une grosse masochiste ça va plus vite.

Donc non, je ne fais pas QUE détester la Belgique, je l’aime aussi des fois…souvent…un peu.
En fait entre nous, c’est soit tendu du slip soit le pied total. Il n’y a jamais vraiment eu de juste milieu. On a un amour un peu vache…

Et donc dans tout amour vache, il y a l’amour…quand même…un peu.

Et donc brololom brololom, le voici-le voilà, le top 5 de ça par-contre je m’y suis grave habituée !!!

1. La bouffe

Hmmm baaaaaaave…

Bon. Mettons un terme à ces vilaines rumeurs immédiatement : Oui je suis une obsédée de la bouffe. C’est comme ça.

Du coup, moi à Bruxelles, ben je grossis, je fais que ça parce qu’en étant tout à fait sérieux, comment tu peux arriver à ne pas être obèse ici ? HEIN ?
Entre la meilleure baraque à frites de Bruxelles qui est juste à côté de chez nous (oui je suis chauvine de mon quartier aussi), les chocolats, les speculoos, les speculoos au chocolat, les cuberdons, les gaufres de Liège, bon sang d’bois, LES GAUFRES DE LIÈGE !!! Les lacquemants, les bières (tellement consistantes que c’est de la bouffe, 1 bière = 1 steack), les tartines à tout va, les salades de thon, de poulet, les croquettes de crevettes, les moules-frites, le stoemp, les carbonnades flamandes, l’américain, les durums qu’on trouve à toute heure du jour et de la nuit, TOUT, J’AIME TOUT. Je pourrais dédier une oeuvre entière à la bouffe qu’on trouve à Bruxelles. A côté de ça, je comprends pourquoi il y a autant de diététiciens ici.

2. Le fait que même si Bruxelles est une capitale, tu rencontres forcément quelqu’un que tu connais en rue

Copaiiiiiiiin !!!

C’est un des premiers trucs qui m’a frappée (tounk) quand je suis venue à Bruxelles les premières fois, mon futur mari, qui ne m’avait pas encore passé la bague au doigt à ce moment-là, rencontrait systématiquement quelqu’un qu’il connaissait dès qu’on se promenait en ville.
Au départ, je m’étais dit qu’il était vraiment super populaire et qu’il devait connaître toute la ville (ce qui est vrai d’ailleurs mais passons) mais au bout d’un moment, ça devenait un peu flippant quand même.

Mais depuis que je vis ici, je rencontre beaucoup de gens que je connais aussi quand je me balade. Même que je ne connais pas forcément ! Exemple : il suffit que je croise quelqu’un dans le tram pour le recroiser plus tard dans la journée, soit dans le même tram (ça c’est flippant) soit dans la rue. Ca ne m’est pas arrivé qu’une fois ! Je me suis même crue dans une pâle copie belge du Truman Show genre le Loutre Show avec plus de difficultés dans la vie que dans la version américaine, quand même…Je me souviens même d’une amie venue passer quelques jours chez moi qui a recroisé le mec assis dans le train à côté d’elle sur le Boulevard Anspach ! Bruxelles est la ville de toutes les connexions !

3. Les nightshops

Le truc qui te sauve quand t’es fumeur et/ou alcoolique.

Bon j’avoue, depuis que je suis maman et rangée, que je ne fume plus ni ne bois plus (trop), les nightshops ne me servent pas à grand chose mais avant, on me connaissait comme le loup-blanc, moi qui me retrouvais systématiquement avec une  clope un mégot pour faire ma soirée, c’était juste pas possible. Et là, heureusement, il y a les nightshops. Même sauvetage in extremis quand tu as des potes qui s’incrustent chez toi alors que t’es en train de t’épiler et que t’as rien dans le frigo à part du Marmite, il y a les nightshops. Et quand tu voudrais bien manger une baguette d’1m50 avec un peu de faux Philadelphia turc périmé, il y a les nightshops.

4. Les bruxellois

Le plus connu des bruxellois ! Et le plus sympa, cela va de soi !

Bon ça va être très très cliché ce que je vais dire mais ne m’en veuillez pas, je ne suis pas sociologue.
Il est un fait établi : les bruxellois sont beaucoup plus sympas et accueillants que les parisiens.

Alors c’est typiquement le genre de réflexions que les amies de ta mère te font en te parlant de la ville où elles ont mis les pieds en 1967 pour la dernière fois « ah mais dis donc qu’est-ce qu’ils sont gentils ! qu’est-ce qu’ils sont accueillants, ah vivivi, oh la la la différence avec ici hein ! roh oui dis donc !« . Et toi t’acquiesces en souriant parce que tu peux pas dire le contraire, parce que c’est vrai.

Oui, si on fait des généralités, le bruxellois est sympa. Il y a des abrutis, comme partout mais il faut se rendre à l’évidence, l’esprit village est quand même fort présent et que ce soit dans les commerces, dans les administrations, dans les écoles, etc, c’est quand même plus rare de tomber sur un connard à Bruxelles qu’à Paris, où il n’y a que ça quasiment (oui oui moi aussi j’étais une connasse de parisienne donc je sais de quoi je parle).

Pour exemple flagrant : même à l’ambassade de France, ils sont sympas, de l’accueil aux agents administratifs qui t’aident ou te renseignent, ils te sourient, ils répondent au téléphone avec amabilité, ils te donnent plus de renseignements qu’il n’en faut et ils sont hyper arrangeants.
A contrario, il y a un mois, j’ai dû appeler à mon ancienne mairie de banlieue parisienne pour un renseignement, j’ai cru que toutes les interlocutrices que j’ai eu étaient payées au nombre de soupirs d’exaspération par heure.

D’ailleurs regardez Un dîner presque parfait belge comparé à la version française : le belge y est carrément plus « chiant » que le français puisque qu’il ne se plaint quasi jamais, il est content d’être là, il ne critique pas bêtement, il est même plutôt indulgent, dans ces moments-là c’est toupourri parce que c’est la frustration au niveau bastons. Mais voilà, le belge est sympa, c’est tout, c’est comme ça.

5. L’architecture

Bon on s’en rend pas compte, faut se balader en vrai…

Pour ce dernier point, j’aurais pu dire mon mari et mon fils pour brosser des poils dans le bon sens, mais en étant tout à fait honnête mon mari est glabre et mon fils n’a pas encore hérité de mes gênes méditerranéens, pour l’instant. Donc non on va parler archi même si je suis tout à fait nulle et inculte là-dedans.

Les premières visites de Bruxelles m’avaient laissée pantoise, où habituée à l’uniformité de Paris, mes rétines avaient été fortement heurtées par la « variété » architecturale. Parce que si vous connaissez Bruxelles, vous savez de quoi je parle. Quand un bâtiment Art Nouveau côtoie une hérésie des 60’s dans l’american dream typique, ça pique les yeux et tu pleures des larmes de sang. Sur le coup. Parce que plus tu y vas, plus tu te balades dans les rues, plus tu t’en prends plein les yeux de tout ce contraste permanent et plus ça te plaît.

Parce que c’est ça, Bruxelles. Une espèce de capitale-village hétéroclite où tu trouves tout et n’importe quoi dans un joyeux bordel où tout le monde veut plaire à tout le monde et où finalement ça ne plaît à personne mais on s’en fout parce qu’on est sympas.

C’est aussi un peu ça la Belgique, c’est un peu de ma part d’esprit contradictoire et schizophrène qui prend vie sous mes yeux curieux, dans mes oreilles attentives…un peu comme quand ta mère te dit de ranger ta chambre parce que c’est le boxon et que toi tu n’aspires qu’à une chose : retrouver cette bulle bordélique, cette image réelle inspirée de ton image mentale que tu te fais de ton histoire, de ton avenir, de ce qui te construit ou te déforce, bref de la vie.

Alors voilà Bruxelles, la Belgique, c’est ma vie à présent. Et même si souvent parfois j’ai des gros ras-le-bol nostalgiques et que je crève d’envie de prendre le premier Thalys avec mon énorme valise qui ne rentre nulle part, je crois que je peux le dire maintenant après presque 8 ans : je suis ici chez moi…

Publicités

Une Réponse to “Ca par-contre je m’y suis grave habituée (Belgique et BXL en particulier)”

  1. Emilie 15 novembre 2012 à 14 h 52 min #

    J’adore, et je te suis totalement sur tous ces points. Les coupaings, les gaufres de liège, se promener au hasard juste pour regarder toutes les maisons, les nightshops, les frites à 3h du mat, les copains…
    Avec pour moi l’avantage de ne pas avoir eu les galères que tu as connues en étant domiciliée ici depuis 8 ans. J’ai juste fait 4 ans comme étudiante, c’était la grosse guindaille permanente.
    Bref, Bruxelles et ses bruxellois, j’adore. ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :